La lettre du Gaullisme - flash - n°174 du 19 février 2009

le "fil rouge" sur la crise économique se poursuit dans la chronique "voyage en absurdie", nous recommandons aussi la lecture de l'entretien accordé par Henri Gaino au journal "le Monde"


Ne libéralisons pas les labos d'analyse !


par Astrid BAUD-ROCHE

L'Union européenne avait exclu dès 2006 les services de santé de sa directive "Bolkestein" sur le marché unique des services. Il n'y a que la France qui songe encore à libéraliser. Pire, qui compte amorcer la semaine prochaine la mise en œuvre de la libéralisation par voie d'ordonnance sans débat parlementaire.

Quand l'Etat ploie sous le poids du coût de la santé, d'aucuns lui rappellent, parfois de bonne foi, le doux mythe de la concurrence qui fait baisser les prix. Mais en matière de santé, la concurrence conduit très vite à l'entente monopolistique des assureurs comme des fournisseurs de soins qui seront en fait de grands groupes financiers.

Grâce à l'expérience des Etats-Unis qui ont poussé cette logique jusqu'au bout, nul ne peut désormais l'ignorer. Un bilan qui fait figure de cauchemar : tandis que 45 millions de personnes sont privées de sécurité sociale, les Américains consacrent 15% de leur PIB à la santé, soit le coût le plus élevé du monde. 

Nous sommes à un tournant de la modernité sanitaire : elle réside désormais dans l'optimisation du coût de la qualité grâce aux leviers de la régulation, et non plus dans la libéralisation.

Alors en France, que s'est-il passé ? Pourquoi le projet de loi du 22 octobre dernier "Hôpital, patients, santé, territoires" mentionne-t-il dans son discret article 20 que seront promulguées par voie d'ordonnance des mesures pour "assouplir les règles relatives à la détention du capital" des laboratoires d'analyses médicales ? En 2008, avec l'expérience dont nous bénéficions pour savoir que la libéralisation ne réduit pas les coûts de santé, pourquoi imaginer une telle mesure ?

Que ce soit dit clairement : libéraliser les laboratoires d'analyses médicales, dans la mesure où ceux-ci constituent un maillon essentiel du parcours de soins, signifie amorcer un mouvement de libéralisation qui s'étendra rapidement aux autres professions libérales de santé, comme les sages-femmes et les pharmaciens, et qui a vocation à englober l'ensemble de l'offre de soins. On ne peut donc, sans être inconséquent, présenter le projet de loi comme devant préserver notre système solidaire et permettre, avec ce même projet, à des groupes financiers de posséder des laboratoires.

Il n'est pas acceptable non plus que l'Europe serve d'alibi à cette mesure incongrue. Certes, un groupe financier très actif à Bruxelles a saisi la Commission européenne à deux reprises pour obtenir l'ouverture du capital des laboratoires d'analyses français à des investisseurs non-biologistes au-delà des 25% autorisés par la loi de 1990. Cette deuxième plainte a déclenché une investigation au siège de l'Ordre national des pharmaciens les 12 et 13 novembre derniers. Elle est fondée sur une assimilation contestable des services d'analyses à des services marchands.

Mais il n'existe aucune directive européenne relative à la libéralisation des professions libérales de santé qui puisse contraindre la France. Il n'existe pas non plus de législation européenne classant les laboratoires d'analyse dans le domaine des services marchands, les débats houleux de la directive "Bolkestein" ayant tranché.

Le projet de libéralisation des laboratoires d'analyses médicales est contraire au souhait de solidarité exprimé par 85% des sondés (sondage BVA, AFP 8 octobre 2008) et il est sourd aux enseignements de l'expérience américaine. 

Comme il découle d'une initiative imputable au seul gouvernement français, ne laissons pas passer l'occasion d'un débat national qui pose clairement les conditions de la pérennité de notre système de santé.

Astrid BAUD-ROCHE
conseiller régional Rhône-Alpes (UMP)
Maire-adjoint de Thonon

pour nous écrire
udp@amadei.fr

retrouvez tous les textes
publiés par "la lettre"

http:://www.amadei.fr/udp

 
Voyage en absurdie

Alors que les nouvelles alarmantes sur certaines banques anglo-saxonnes se poursuivent, alors que l'on n'en finit pas d'expliquer que l'argent apporté par l'Etat aux banques françaises est un prêt devant à leur tour leur permettre de mieux prêter de l'argent au reste de l'économie, PMI-PME comprises, les résultats financiers des banques françaises commencent à être publiés.

La BNP a gagné en 2008 presque 4 milliards d'Euro, la Société Générale 2 milliards, malgré les pertes énormes du 4e trimestre. Pas mal pour un secteur que l'on dit sinistré, non ?

Pendant ce temps les constructeurs automobiles annoncent des pertes, leurs usines tant décriées en République Tchèque ou en Slovaquie (ce dernier pays de la zone Euro, faut-il le rappeler) étant vitales pour limiter les dégâts et donc sauver des emplois en France.

Pendant ce temps, Fortis tarde à être sauvée, certains s'épuisant à chercher une solution belgo-belge, comme les tenants de la solution italo-italienne ont failli pousser Alitalia à sa perte.

L'économie est décidément un domaine où l'on doit se garder de jugements à l'emporte-pièces.

Jean-Noël AMADEI

inscrivez vous pour recevoir les prochains numéros de la lettre, ou inscrivez vos amis.

UDP
Union des Démocrates
pour le Progrès
aux bons soins de l'UMP
55, rue la Boëtie
75008 PARIS



La lettre du Gaullisme - flash -
n°174
19 février 2009
Commission paritaire :
AS n° 70418
ISSN 0994-1010
l'UDP est personne morale associée à l'UMP
Présidents Paul AURELLI et Yves DENIAUD
Président de l'amicale parlementaire
Patrick OLLIER
directeur de la publication Yves DENIAUD, député
Président délégué,
co-directeur de la publication Jean-Noël AMADEI

Par respect de la législation en vigueur, vous pouvez ne plus recevoir cette lettre.
Pour cela rien de plus simple, envoyez nous simplement un courriel à
udp@amadei.fr
en spécifiant votre souhait, ou utilisez le dispositif de désabonnement ci-dessous .